Essentiel

Portrait robot du VRP d’aujourd’hui

Carrière

Un jeune homme ou une jeune femme de moins de 40 ans, bien intégré dans son entreprise comme dans son époque, qui fait attention à sa santé et à son réseau : faites connaissance avec le VRP d’aujourd’hui.

Essentiel

Loin, loin le cliché du VRP vieillissant tenter désespérément de vendre un kit de stores déroulants à qui a besoin de tout sauf d’un kit de stores déroulants. Le VRP d’aujourd’hui est, selon une étude menée en 2015 par l’Observatoire du commercial terrain, en pleine force l’âge. La moitié d’entre eux a moins de 40 ans en moyenne. Loin des clichés aussi, le fait qu’aujourd’hui le métier se féminise davantage.

Pus d’un tiers des VRP en activité sont des femmes.

Les commerciaux terrain travaillent pour les ¾ d’entre eux directement avec des professionnels (B2B). Sérieux, ponctuels, à l’écoute du besoin de ses clients, le VRP est un professionnel haut de gamme et ça se sent sur le terrain : 95% reçoivent un accueil positif de la part de leur client. Ses journées sont divisées entre ces temps de vente (59%) et de préparation de rendez-vous ou identification de nouveaux clients potentiels (41%), selon les informations recueillies dans Le livre blanc de l’action commerciale, une étude menée par Iko System, fournisseur d’applications pour optimiser ses ventes.

Pour exercer au mieux ce métier, l’objectif principal est de développer sa clientèle. LE VRP est le premier représentant de la société sur le terrain. Un commercial professionnel est celui qui sait écouter les besoins de ses clients pour savoir de quoi il a besoin, parfois avant même que le client ne le formule explicitement lui-même. Il doit aussi répondre aux problèmes que le client rencontre ou encore, auprès des professionnels, chercher à mettre en avant ses produits dans les rayons. Autant de tâches qui demandent des compétences en marketing, relations-client, merchandising. Rien à voir avec le seul sens de la tchatche !

 

Le VRP, c’est aussi quelqu’un qui profite d’une grande liberté tout en bénéficiant d’un filet de sécurité. En effet, le commercial terrain organise sa journée et ses rendez-vous comme il l’entend, et fait le point régulièrement avec sa hiérarchie. 85% des VRP estiment ainsi être totalement libres dans l’organisation de leur temps, toujours une étude menée en 2015 par l’Observatoire du commercial terrain. Mais dans le même temps, 90% d’entre eux se sentent intégrés dans leur entreprise. Un VRP peut travailler pour le compte d’une seule ou plusieurs entreprises. On dit alors qu’il est VRP exclusif ou multicartes. Le VRP bénéficie d’un contrat, comme n’importe quel salarié d’une entreprise. Selon la convention collective inter-professionelle des VRP, un VRP exclusif travaillant à temps plein ne peut être aucun cas rémunéré moins de 5 028,40 euros euros bruts par trimestre hors frais et 7 183,48 euros bruts avec les frais. En moyenne, un VRP gagne 2.200 euros net par mois. En cas de pépin, les VRP bénéficient de l’assurance chômage, ce qui constitue un avantage de taille par rapport au statut d’agent commercial indépendant, par exemple.

Si les VRP passent beaucoup de temps au volant (30.000 kilomètres parcourus chaque année en moyenne), ils ne négligent pas pour autant leur santé. ¾ d’entre eux ont un mode de vie sain, et 42% pratiquent une activité sportive. Et enfin, 69% d’entre eux regardent l’avenir avec un œil positif.


Vous souhaitez embaucher
votre 1er statut vrp ?
Téléchargez notre kit
Vous souhaitez avoir
plus d’informations ?
Contactez-nous