Malakoff Humanis

Les VRP face à la crise Covid-19 : retour sur 2020 et perspectives 2021

Depuis le 17 mars dernier, les TPE et PME françaises ont accusé un net ralentissement de leur activité commerciale, voire un arrêt total pour beaucoup d’entre elles. Cela ne fut pas sans conséquences pour les professionnels au statut VRP. Nelly Froger, présidente de l’INPR (Institution Nationale de Prévoyance des Représentants) et Hélène Dufour, directrice du Pôle accompagnement social des assurés & du service pilotage et suivi de l’activité à la Direction des Engagements sociaux et sociétaux du Groupe Malakoff Humanis, reviennent sur les actions mises en place pour soutenir ces professionnels en cette période inédite.

Malakoff Humanis

À l’annonce du premier confinement en mars dernier, les VRP n’étaient pas concernés par le dispositif de chômage partiel de grande ampleur mis en place par le Gouvernement. Comment avez-vous réagi ?

Hélène Dufour : Pour bon nombre de nos assurés, après l’annonce, ce fut le choc. Les professionnels au statut VRP avaient été « oubliés » dans les premiers dispositifs de soutien pensés par le Gouvernement. Il faut savoir que leur salaire est principalement indexé (ou calculé) sur leur chiffre d’affaires. Souvent payés à la commission : sans la possibilité d’exercer leur activité, la quasi-totalité de leurs revenus disparaissait.

Nelly Froger : Dès lors, en tant que présidente de l’INPR, il m’a paru essentiel d’alerter sur la situation. Ensuite, nous sommes passés à l’action. Direction des engagements sociaux et sociétaux Malakoff Humanis et experts du statut VRP au sein de l’INPR ont échangé pour être force de proposition. En parallèle, nous avons mené des actions auprès de la Ministre du travail.

Le 16 avril 2020 est paru au Journal Officiel un nouveau décret précisant les modalités de l’indemnité et de la prise en compte de l’activité partielle des VRP. Quelles ont été vos réactions ?

Nelly Froger : Effectivement, nous avons réussi à faire bouger les lignes et c’était capital pour ces salariés. Côté Malakoff Humanis, nous avons également souhaité accompagner ces VRP, parfois démunis et ne connaissant pas la procédure à suivre, celle-ci étant inédite. Une information au long-cours a été faite par l’envoi d’emailings pour répondre au plus vite et formuler une réponse au plus près des attentes des VRP.

Quel soutien le Groupe Malakoff Humanis a-t-il offert aux professionnels au statut VRP ?

Hélène Dufour : Toutes les équipes se sont mobilisées pour venir en aide aux entreprises et aux salariés impactés, aussi bien en termes d’accompagnement des fragilités (écoute psychologique, accompagnement social…) qu’avec des contributions financières.

Un budget spécial a permis de déclencher une aide spécifique de 800 € pour chacun des VRP assurés chez nous, rentrant dans les conditions d’attribution définies en lien étroit avec le Conseil d’administration de l’INPR et la Commission sociale. Pour rapidement apporter notre aide, nous avons déployé un dispositif digitalisé pour déposer les demandes

Nelly Froger : A la fin août, un budget total de 505 600 euros avait été débloqué pour 632 VRP. Les demandes se poursuivant avec une moyenne d’environ 20 mails/jour, nous avons réétudié le dispositif. A fin décembre, nous sommes sur 818 VRP accompagnés pour un budget de 654 400 €.

On voit que nous ne sommes toujours pas sortis de la crise. Et pour 2021, qu’est-ce que vous envisagez ?

Nelly Froger et Hélène Dufour : oui, nous savons que de nombreuses restrictions pèsent toujours sur la vie économique. Les VRP vont donc continuer à avoir besoin de notre soutien. Nous répondrons présents et nous avons acté la reconduction du dispositif en 2021.


Vous souhaitez en savoir plus sur notre accompagnement ? Contactez-nous