Pour aller plus loin

Christelle Ollivier, collaboratrice en cabinet d’expertise comptable, revient sur la rémunération des VRP

Divers

Responsable service de paie dans un cabinet d’expertise comptable, Christelle Olivier gère au quotidien les comptes de PME principalement issues des secteurs du BTP et de l’immobilier et employant des VRP. Elle décrypte la rémunération garantie des VRP exclusifs employés à temps plein.

« Durant cette période de crise sanitaire, la rémunération minimale garantie a été un véritable filet de sécurité pour les VRP. »


Le statut VRP a ses subtilités. Comment le gérez-vous au quotidien ?

Le statut de VRP est un statut assez technique avec lequel il faut se familiariser. Pour un gestionnaire de paie non averti, la mise en place est un peu complexe notamment pour ce qui concerne les avances sur commissions ou encore la rémunération minimale garantie, versée au trimestre. Si le logiciel de gestion est mal paramétré, les allègements de charges et les congés peuvent aussi complexifier la tâche. En revanche, la récente suppression de la garantie minimale de points a apporté une simplification.

« La mise en place est un peu complexe notamment pour ce qui concerne les avances sur commissions ou encore la rémunération minimale garantie, versée au trimestre »


La rémunération minimale garantie constitue un filet de sécurité pour les VRP exclusifs employés à temps plein. Est-elle souvent versée ?

Elle est principalement versée aux VRP débutants, le temps qu’ils se forment aux produits qu’ils ont à vendre et que leur activité monte en puissance. Cela peut durer six mois, mais il arrive que le VRP perçoive des commissions dès le deuxième mois. De toute façon, les gens qui ne sont pas faits pour ce métier ne restent généralement pas longtemps.

« Actuellement, en raison de la crise sanitaire, le recours à cette rémunération minimale garantie est plus important que d’habitude parce que l’activité n’est pas là »


Comment s’articulent les rémunérations des VRP du BTP et de l’immobilier ?

Les VRP du BTP sont principalement rémunérés à la commission. Ceux du secteur immobilier bénéficient en plus d’une base fixe. Leur statut est un peu particulier car ils sont rattachés à la convention collective de l’immobilier, qui leur offre des garanties supplémentaires.

Quels sont les niveaux de salaires pratiqués dans le BTP et l’immobilier ?

En moyenne, le salaire mensuel net avoisine 3 000 euros, mais cela peut monter jusqu’à 8 000 euros. Ce métier n’est pas fait pour tout le monde, mais un bon VRP est sûr de se faire de bons salaires ! Un commercial sédentaire n’aura pas le même niveau de rémunération car le client vient à lui. Il n’a pas de mission de démarchage.

« Ce métier n’est pas fait pour tout le monde,
mais un bon VRP est sûr de se faire de bons salaires ! »


En quoi le statut de VRP vous semble-t-il intéressant pour l’employeur ?

Principalement parce qu’il n’est pas assujetti à la durée du travail et parce que le VRP a des objectifs de chiffre d’affaires à réaliser. Il est souvent confondu avec le commercial sédentaire, mais il ne pratique pas tout à fait le même métier car l’une de ses missions est d’aller démarcher sur le terrain. C’est d’ailleurs ce qui explique la différence de rémunération.


Le statut de VRP est généralement assez mal connu des entreprises. Mais il est probable que la récente loi visant à encadrer le démarchage téléphonique incite certains employeurs à s’y intéresser davantage car il va bien falloir repartir sur le terrain pour aller chercher les clients. 

« Le statut de VRP est généralement assez mal connu des entreprises »



Christelle Ollivier,
collaboratrice du cabinet d’expertise comptable
Cellerier, Bénéat & Associés



˃ Le cabinet d’expertise comptable Cellerier, Bénéat & Associés est implanté à Brest. Il compte six agences sur l’ensemble de la Bretagne.

Pour toute demande
Contactez-nous
Contact